Chronique n°243 : Le jour où Maman m’a présenté Shakespeare, Julien Aranda.

Le-jour-ou-maman-m-a-presente-Shakespeare.jpgÉditions Eyrolles / Sortie : 17 mai 2018.

Résumé,

Quand on a 10 ans, une mère amoureuse de Shakespeare mais pas de papa, et que l’on s’attend à voir débarquer les huissiers d’un jour à l’autre, la vie n’est pas simple. Elle, comédienne de théâtre passionnée, fascine son fils qui découvre le monde et ses paradoxes avec toute la poésie de l’enfance. Avec leur voisine Sabrina, caissière de son état, et les comédiens Max, Lulu et Rita, ils forment une famille de cœur, aussi prompte à se fâcher qu’à se réconcilier. Mais, un jour, la réalité des choses rattrape la joyeuse équipe. Et le petit garçon est séparé de sa mère. Comment, dès lors, avancer vers ses rêves ? En comprenant que, peut-être, l’essentiel n’est pas l’objectif, mais le chemin parcouru…

Ce qu’en pense Julie,

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Eyrolles pour l’envoie. Dès que j’ai vu la couverture et que j’ai lu le résumé je n’avais plus qu’une hâte : le commencer !

Comment vous dire que j’ai dévoré ce livre en à peine quelques heures tellement j’ai été transporté dans l’univers réel et dynamique de l’histoire ! C’est un livre doux et plus qu’agréable à lire.  J’ai passé un moment sympa et calme avec ce joli roman. On suit tout au long du livre l’histoire d’un petit garçon et son évolution et de sa maman, passionnée de théâtre. Malheureusement la vie ne se passe pas toujours comme on l’imagine et le petit garçon et sa maman vont être séparés. Même si on pourrait penser au début que le livre va être triste et plutôt déprimant, l’auteur sait comment tenir son lecteur en passant par des personnages touchants et émouvants mais aussi réalistes et amusants. 

De très beaux messages (et surtout réalistes) sont passés dans ce roman et on comprends très vite que dans la vie rien n’est jamais gagné cependant le principal est de ne jamais s’oublier soi-même et de suivre ses rêves. L’auteur va alors traiter (ou au moins énoncer) de nombreux sujets quotidiens comme les problèmes d’argent, les rêves, l’enfance et la naïveté, 

Le seul petit bémol pour moi, c’est la narration qui n’évolue malheureusement pas vraiment avec l’enfant. À la fin on a la même narration qu’au début et cela peut être légèrement dérangeant.

« – Ne renonce jamais à tes rêves mon ange, même pour de l’argent.
– Pourquoi ? 
Elle a trouvé son regard vers la fenêtre avec un air mélancolique.
– Parce qu’il y a bien assez d’adultes dans le monde comme ça. »

La plume de l’auteur transporte facilement le lecteur, dès la première page, dans un grand voyage de souvenirs. L’écriture est belle, délicate et optimiste, ce qui pousse le lecteur à ressortir ses propres émotions et à revivre ses souvenirs personnels. C’est un roman très réaliste et très juste que je ne peux que vous recommander de lire ! J’ai adoré !

Citation : « Quand elle lui a demandé si elle avait un emploi et que maman a répondu qu’elle était comédienne de théâtre, j’ai bien senti que la dame ne la prenait pas au sérieux et elle a répété la question en lui demandant son vrai métier (…) »

4,25/5

Où le trouver ?
Lien Fnac
Lien Amazon

3 réflexions sur “Chronique n°243 : Le jour où Maman m’a présenté Shakespeare, Julien Aranda.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s