Chronique n°517 : T’aimer, quand même, Federico Moccia.

City Edition. 432 pages.
Date de sortie : 22 mai 2019

Résumé :

Jeune homme séduisant, entrepreneur brillant et riche, Tancredi a tout pour être heureux. Tout, sauf l’essentiel : depuis un drame survenu des années auparavant, il est incapable d’aimer et brûle sa vie dans des aventures sans lendemain. Jusqu’au jour où, au hasard d’une petite église de Rome, il découvre Sofia, une jeune pianiste qui y donne un concert. Subjugué par sa grâce, il sent son coeur battre à nouveau. Toutes ses certitudes volent en éclats : et s’il pouvait encore aimer, malgré tout ? Mais la jeune femme est prisonnière d’une promesse. Elle a juré de s’occuper pour toujours de son mari devenu paraplégique après un accident dont elle se sent responsable. Tancredi et Sofia, ces deux âmes à la dérive qui ont renoncé au bonheur, font face à un choix qui marquera forcément leur destin…

Ce que pense Emy :

Par où commencer ? J’avais vraiment hâte de retrouver la plume de Federico Moccia. C’est un auteur que j’apprécie énormément.

On rencontre Sofia, une femme musicienne qui vit dans la culpabilité. Elle se sent responsable de l’accident qui a rendu son mari paraplégique. Elle est touchante et attachante. On voit qu’elle a beaucoup de culpabilité en elle, une culpabilité qui la ronge. Elle est droite et tient à tenir la promesse qu’elle a fait. Mais ça devient compliqué quand elle rencontre Tancredi.

Tancredi ne connaît que les aventures sans lendemain. L’amour est bannit pour lui. Il est riche, le bonheur n’existe pas selon lui. Il est sûr de lui, prétentieux et n’a pas froid aux yeux. S’il veut quelque chose il fait tout pour l’avoir. Son personnage m’a plu.

J’ai adoré ces deux personnages. Ils ont tous deux leurs blessures. On est touché par eux. Ils nous emmènent au travers une histoire mêlant doutes, peurs, non-dits, passion, blessures et sentiments. Cette histoire nous fait vibrer dès les premières pages jusqu’à la dernière.

J’ai été émue avec cette histoire. C’était un délice de rencontrer ces personnages, de découvrir cette histoire si touchante et pleine d’émotions. J’ai aussi énormément aimé les personnages secondaires. Retrouver la plume de Federico Moccia était un réel plaisir comme à chaque fois.

Une question essentielle : « es-tu heureuse ? » pour un roman poignant et beau à lire !

Ma note :

4,75/5

Où le trouver :

Amazon

Fnac

3 réflexions sur “Chronique n°517 : T’aimer, quand même, Federico Moccia.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s