Chronique n°592 : Le miroir des âmes, Nicolas Feuz.

Livre de poche.
264 pages.
Date de sortie : 21 août 2019

Résumé :

Lorsque le procureur Jemsen se réveille à l’hôpital, il ne lui reste que quelques bribes de souvenirs : le centre-ville de Neuchâtel, la terrasse d’un café, des visages souriants, puis l’explosion. Ensuite, le trou noir.
Tandis que le procureur, aidé de sa greffière, tente de remonter le fil de sa mémoire pour comprendre qui était visé par la bombe, deux policiers se lancent sur les traces d’un mystérieux tueur en série qui sévit dans la région. On le surnomme Le Vénitien à cause d’un procédé singulier : il coule du verre de Murano dans la gorge de ses victimes.

Un attentat sans commanditaire, des meurtres sans mobile apparent, tout est trouble dans ce polar essoufflant où se mêlent assassinats barbares, corruption politique, réseau de prostitution et mafia albanaise…

Ce qu’en pense Julie,

Dès que j’ai lu ce résumé assez curieux et mystérieux, je me suis empressée d’acheter le livre pour pouvoir le découvrir.

Nous rencontrons et suivons ici, entre autre, le procureur Jemsen et sa greffière Flavie. Il y a eu un gros attentat dans un lieu où Jemsen se trouvait. Quelques jours plus tard, il se réveille à l’hôpital et surtout avec une certaine amnésie. Nous allons alors rentrer dans une grande intrigue autour de cette histoire et il va y avoir pas mal d’autres personnages qui vont faite leur apparition, tel que Alba, Florent, Kramer… 

Un roman court mais efficace, avec la juste dose de suspens. Je reconnais que j’aurai apprécié que le livre fasse quelques pages supplémentaires et qu’il y ai quelques explications en plus car certains chapitres sont, d’après moi, vraiment trop rapides…

Cela dit c’est une lecture qui reste très plaisante à lire et je vais continuer à suivre l’auteur avec grand plaisir. L’écriture et le style de l’auteur étant très accrocheur, voire captivant. Une fois commencé, impossible de lâcher le livre avant la fin ! 

Le haut, le bas. La droite, la gauche. Il flottait dans une dimension inconnue, ses forces l’abandonnaient. La mort était plus forte que lui. Elle allait gagner. L’emporter. Au moment où il sentit le néant l’envahir, le procureur Jemsen ferma docilement les yeux.

3,75/5

Où le trouver :

Lien Amazon

Lien Fnac

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s