Chronique n°801 : Les femmes amoureuses voyagent toujours seules – Séléna, femme virile, Livre 1, Nathinphoenix.

Auto-édition
289 pages
Date de sortie : 20 juillet 2020

Résumé :

Séléna est une jeune-femme vivant librement entre Vivien, son amant, riche et influent, et Milton son ami peintre. Dans les expositions et les soirées mondaines, elle affiche un visage égal. Mais, sous ses longs cheveux de jais, elle mène une double vie. Elle cloisonne son existence, et nul ne devine d’où proviennent ses revenus.

Tout bascule, lorsque sa sœur l’appelle au secours depuis le Mali.

Dès lors la vie de Séléna n’est plus lisse, à l’image du lac Léman, où elle habite, mais devient imprévisible, au rythme des révélations sur son sombre passé, que ce voyage en Afrique va faire émerger.

En tombant inopinément amoureuse, alors qu’elle pensait ne plus jamais en être capable, elle décide de faire face à ses fantômes.

Entre le Mali, Paris et Genève, Séléna se bat pour sortir du piège dans lequel les hommes de son passé l’ont enfermée.

Ce qu’en pense Emy :

Une lecture qui surprend et captive tout en nous faisant voyager. J’ai apprécié !

J’ai apprécié découvrir Séléna au fil de la lecture. On s’attache à elle. Le passé l’a marquée, mais elle est là et elle nous offre une aventure pleins de voyages et de péripéties. Séléna est une femme forte, elle affronte ce qui lui barre la route. Elle a une personnalité dynamique. C’est un personnage authentique et plaisant à découvrir. Séléna possède une certaine complexité aussi. Dans l’ensemble, son personnage est agréable et bien que quelques fois je suis restée perplexe, son personnage m’a tout de même plu.

La plume de l’auteure est vraiment bien. C’est fluide et nous sommes transporté facilement. L’histoire est vraiment bien écrite. Elle est agréable à lire et l’on passe un bon moment avec Séléna. La lecture traite de nombreux sujets. J’ai beaucoup aimé ce côté psychologique du récit. Ça donne de la profondeur à l’histoire et de l’intensité. L’intrigue est intéressante et va nous surprendre alors qu’on ne s’y attendait pas forcément. Comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences et juger au premier regard sans connaître. Nous avons des émotions et des sentiments tout au long de la lecture.

Une lecture qui nous touche, qui est bouleversante avec de nombreuses émotions et un personnage complexe, fort et attachant. Je vous conseille cette lecture.

Je tiens à remercier l’auteure pour l’envoi de ce service presse.

« Je sais qu’au loin, au détour d’un méandre, Kalabougou, le village des forgerons et des potiers, est une enclave hors du temps. Tu aurais aimé, Vivien, visiter cet endroit millénaire, où j’ai été reçue il y a quelques années. Minou devait mener une campagne de vaccination ainsi que de sensibilisation des femmes sur les gestes de premier secours. Je l’avais accompagnée. Très vite, je me suis prise d’affection pour les habitants, étant même initiée à la fabrication particulière de la poterie, cuite dans des fours recouverts d’herbe sèche qui brûlaient dans de belles gerbes d’étincelles. Je ne sais pas pourquoi j’y repense, c’est un souvenir que j’avais enfoui, mais qui me semble doux aujourd’hui. Je ne comprends pas pourquoi je suis aussi triste, mélancolique d’une époque qui, pourtant, signifie le plus grand des deuils que j’ai pu vivre. »

4,25/5

Où le trouver :

Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s