Chronique n°935 : Love & Caetera, Cécile Blanche.

104 pages
Date de sortie : 14 février 2021

Résumé :

L’amour n’a pas d’âge, l’amour est éternel, l’amour est partout…

Une souris décédée qui provoque une rencontre, une femme qui tombe amoureuse quand elle n’y croit plus, une autre qui se fait un cadeau d’un mètre quatre-vingt pour Noël, un accident qui fait prendre conscience de l’essentiel, la marée qui rapproche les amoureux, un sauvetage heureux dans un arbre, une princesse égyptienne dans un café, s’aimer jusqu’au bout des mondes et trouver l’amour sur sa ligne de bus.

Toutes ces histoires ont deux points communs : elles racontent l’amour et elles finissent bien.

Parce qu’aimer rend plus fort et qu’être aimé rend plus doux. Aimons-nous !

L’avis de Emy :

Un bon recueil de nouvelles qui a su me faire passer un bon moment.

C’est une lecture qui transmet beaucoup de positivité, d’espoir, d’amour surtout. On retrouve énormément d’amour dans l’ensemble des nouvelles et ça m’a tout simplement plu. C’était joli, c’était beau.

J’ai adoré les nouvelles « Mon jardin éternel de printemps » et « leurs étoiles ». Dans l’ensemble, elles sont toutes biens, intéressantes et sympathiques. Chacune à son charme et son originalité.

Au travers cette lecture, notre espoir grandit. L’amour existe, l’amour est beau. Le destin fait bien les choses et les coïncidences n’existent pas. C’est une ode à l’amour qui nous est exprimé par ces nouvelles poétiques et touchantes.

L’auteure nous fait sourire et nous transmet des émotions. La plume est fluide et facile à lire. C’est plaisant et agréable. L’auteure a écrit un recueil de nouvelles qui réchauffe le cœur et l’esprit. On est de bonne humeur après la lecture. Il y a de la légèreté, de la douceur et de la tendresse. La couverture est juste superbe !

C’est tout à fait le genre de lecture à lire si l’on veut se changer les idées et que l’on souhaite découvrir quelque chose sans prise de tête. Ce recueil est une petite douceur à dévorer sans modération. 

Je tiens à remercier l’auteure pour l’envoi de ce service presse et pour sa confiance !

 » Nos grands-mères se sont battues pour ça, qu’il paraît ! Pourquoi ? Pour qu’on ne puisse plus porter de jupe sans se faire traiter de s… ? En mai, fais ce qu’il te plaît. Laissez-moi rire ! L’autre soir, je suis sortie avec des copines en boîte. Évidemment, comme il y avait marqué servez-vous sur le décolleté de Karen, ils ne se sont pas gênés, les mecs. Et puis, ils ont pris le supplément chantilly dans leur café gourmand en reluquant les cuisses de Julie, pour le même prix. Là où y’a d’la gêne, y’a pas d’plaisir, qu’il paraît ! Moi, je m’habille en pantalon, pour être peinarde. Résultat : soit on me traite de lesbienne, soit on me crache à la gueule que je suis pas assez féminine. Revers pervers de la médaille. »

4,25/5

Où le trouver :

Amazon (ebook)

Amazon (broché)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s