Chronique n°493 : Le labyrinthe, Florence Cortot.

Résumé,

Le jour où Florence, anesthésiste, accouche de son deuxième enfant, une brèche s’ouvre dans son esprit torturé et impatient. La maternité n’est pas si facile, les journées seule avec le bébé se suivent et se ressemblent.
Mais le pire reste à venir.
D’abord, une douleur persistante au niveau de la mâchoire, puis une chute déconcertante et finalement, un bruit continu qui prend possession de ses oreilles. Ce sont des acouphènes. À mesure que le silence s’éloigne, la dépression s’installe et enferme Florence dans le cercle vicieux de la maladie.
Alors qu’elle met toute son énergie à tenter de trouver des réponses, elle comprend qu’il va falloir affronter cette maladie seule… Parviendra-t-elle à surmonter le bruit, l’attente et le verdict final ?

Ce qu’en pense Julie,

Je remercie tout d’abord Librinova pour l’envoie.

Nous découvrons ici Florence, une médecin (anesthésiste) qui se ne trouve pas à la hauteur dans son rôle de maman. Elle a peur, elle hésite et surtout elle est en dépression post partum. De plus, elle a des acouphènes synchrones du pouls ce qui l’agace énormément. Pendant de longs mois, elle va essayer de s’en sortir et d’aller mieux mais malheureusement c’est tout l’effet inverse et elle n’a pas vraiment l’impression qu’elle avance dans sa vie. Elle va consulter pour essayer de comprendre et de trouver un diagnostic mais surtout une solution à ses problèmes. Par contre, cela ne va pas s’avérer si facile que ça… et elle va vivre des moments vraiment difficiles.

Cette histoire est vraiment très rapide à lire et m’a semblé plutôt bien pour lire entre deux grosses lectures. De la première page jusqu’à la fin l’écriture reste précise et facile à lire. Il y a par moments des mots bien particuliers et parfois un vocabulaire plus complexe, cela dit l’histoire reste plutôt simple à lire. Un petit bémol pour moi, c’est qu’au final il ne se passe pas énormément de choses au cours du livre, ce qui fait que je me suis parfois ennuyée…

Cette lecture peut donc plaire à certaines personnes et je suis plutôt contente d’avoir découvert ce livre. Je pense simplement que je n’ai pas réussi à me mettre à la place du personnage car mon vécu et mon présent sont à l’opposé de cette histoire. Le sujet du livre reste néanmoins vraiment intéressant et peu exprimé à travers les livres, donc je trouve que c’est un très bon point pour ce livre. Je conseille ce livre pour les personnes qui recherchent une histoire en tout simplicité et humilité mais tout de même intéressante, touchante et facile à lire.

Citations :
« Le temps qui passe est un supplice. J’oscille entre moments d’espoir et de découragement. »

« Un vrai médecin, ça ne pleure pas. Les états d’âme c’est pour les « tafioles », les gonzesses.
Inflexibilité, endurance, abnégation.
Morfle ou crève.
C’est à ça qu’on reconnaît les vrais, les durs.
Un épisode de ma vie d’interne me revient en pleine figure. »

3,75/5

Où le trouver :
Lien Amazon
Lien Librinova

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s