Chronique n°610 : Je ne suis pas un gay de fiction, Naoto Asahara.

Editions Akata
320 pages
Date de sortie : 24 octobre 2019

Résumé :

Je ne suis pas un gay de fiction a été l’un des évènements young adult de l’année 2018 au Japon. Décrivant avec un réalisme troublant le quotidien d’un lycéen gay, l’ouvrage a su fédérer autant les concernés que les lecteurs lambdas. Loins des romans MxM fantasmés, cet ouvrage aborde des thématiques bien réelles. Un futur incontournable, à n’en pas douter !

Jun est lycéen, et il est gay. Bien que vivant caché, il sait parfaitement qui il est. Fan de Freddie Mercury, il fréquente un homme plus âgé que lui… et marié ! Son seul véritable confident, Mister Farenheit, est une connaissance d’internet avec qui il discute via les réseaux sociaux. Mais quand un matin, au détour d’une librairie, il croise Miura, une de ses camarades de classe, en train d’acheter un manga homo-érotique, son quotidien va petit à petit s’effriter. Car cette dernière, fan de  » tout ce qui est homo « , ne voit pas l’évidence devant elle. Petit à petit, la lycéenne va tomber amoureuse de Jun… Ce dernier, prêt à tout pour entrer dans le moule et obtenir un bonheur  » comme les autres « , va essayer de répondre à cet amour. Combien de temps pourra-t-il entretenir ce mensonge

Ce qu’en pense Emy ?

Naoto Asahara nous dévoile un roman percutant et bouleversant avec un réalisme saisissant.

Nous découvrons Jun, un jeune homme homosexuel mais qui le cache. Jun se cherche encore et pense qu’il est anormal. Il a rencontré un homme plus âgé sur un forum qui devient au fil du temps un confident. Lorsqu’il fait la rencontre de sa camarade de classe dans une librairie, Miura, une fille qui aime lire des mangas homo-érotiques, Jun va se forcer à être qui il n’est pas avec Miura.

On a face à nous un jeune homme perdu, qui souffre et dans une profonde solitude. Ce roman exprime les souffrances, les douleurs, l’isolement. Une lecture qui nous surprend et qui exprime plusieurs choses à travers des passages touchants, drôle et parfois crus. Un livre tout en sensibilité qui montre, et pas seulement pour Jun, que chaque personne doit être qui il veut, s’accepter, ne pas avoir peur de montrer réellement qui on est et ne pas renoncer à soi-même. Chaque personnes a des doutes, des rêves, une personnalité différente qu’il ne faut pas étouffer pour rentrer dans des normes que la société impose.

La lecture possède une telle sincérité et une profondeur dans les émotions qu’elle fait ressentir que c’est ce qui en fait sa beauté avec Jun et ses autres personnages. Jun est un personnage auquel je me suis énormément attaché et il va me manquer.

Une histoire déroutante qui nous touche en plein cœur tant elle est empreint de réalisme, à la fois percutante et bouleversante mais magnifique et épatante !

10/5

Où le trouver :

Lien Fnac

Lien Amazon

5 réflexions sur “Chronique n°610 : Je ne suis pas un gay de fiction, Naoto Asahara.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s