Chronique n°948 : Lune de métal, Dumè Antoni.

Editions Ex-Aequo
209 pages
Date de sortie : 30 avril 2021

Résumé :

Un thriller déroutant où le monde virtuel et réel se confondent dangereusement.

Chris, une fillette de huit ans, est enlevée au domicile de ses parents, une nuit durant son sommeil. Elle n’est pas seule dans ce cas : d’autres enfants disparaissent de façon étrange, au point que le phénomène est qualifié de viral. Le ravisseur n’est pas un homme ordinaire. Il s’agit d’un avatar – dénommé Passeur – sévissant sur les réseaux sociaux autant que dans un jeu vidéo nommé Thalès. Car Chris ne se trouve plus exactement dans le monde réel, mais dans un espace virtuel, à bord d’un train qui la transporte vers des épreuves où elle risque de perdre la vie. Son frère Luc, qui fut un prédateur sur Thalès, est enlevé à son tour et se retrouve avec Chris à devoir arrêter le train. Mais Passeur a plus d’un tour dans son sac, dont celui de faire en sorte que Thalès infiltre le réel. De la réussite des combats menés par Chris et Luc dépend le sort du monde réel, lequel s’est retrouvé, à son tour, plongé dans l’univers de Thalès. Inatteignable, Passeur court toujours. Qui est cet homme dont le portrait ressemble à celui d’un aristocrate disparu en 1930 ? Est-il seulement humain ?

Plongez-vous dans l’univers de Thalès et découvrez comment Chris et son frère vont tenter l’impossible afin d’arrêter la machine infernal !

L’avis de Emy :

Un bon roman qui m’a transporté entre le virtuel et la réalité.

On part en direction d’une histoire intrigante, sympathique et qui nous transporte ! Nous sommes tout de suite pris dans la lecture et on est aussi tout de suite curieux de la suite que l’on souhaite découvrir.

Chris, une fillette de huit ans se fait enlever, tout comme ça a été le cas pour d’autres enfants par le Passeur. Les enfants se retrouvent dans un jeu vidéo bien périlleux où de multiples dangers rôdent. Un périple entre le réel et le virtuel à la fois mêlé et séparé.

J’ai trouvé que les personnages, l’ensemble était vraiment très intéressant. Chacun à son caractère, son comportement, son but. Chaque personnage est intéressant et plaisant à rencontrer. On s’attache à certains, d’autres un peu moins. J’ai adoré le passeur. C’était un très bon personnage. La psychologie de certains personnages est d’ailleurs très bien travaillée et approfondie. L’un des personnages que j’ai aussi très apprécié est celui de Mamie. C’était un personnage vraiment sympathique et authentique.

Toute la trame qui s’enroule et découle est juste superbe à suivre. On se prend au jeu, on se questionne. Je me suis beaucoup interrogée, j’ai eu des doutes, j’ai été surprise et prise au dépourvu certaines fois.

L’auteur nous emmène dans son univers. Ce mélange de réalité et de virtuel qui se mêle est parfois troublant et on ne sait plus sur quel pied danser. Où est la limite entre les deux ? C’était bien et j’ai aimé cet univers. On y retrouve le thème des technologies et le thème d’internet. Internet, ses conséquences et ses dangers invisibles mais pourtant si présents et ignorés. Les jeux vidéos et leurs effets qui peuvent être néfastes et imprévisibles sur certaines personnes. J’ai vraiment aimé cet aspect exprimé. Ça nous pousse vraiment à réfléchir.

La plume de l’auteur est agréable, fluide et dynamique. C’est très intéressant de suivre l’intrigue et sympathique. J’ai aimé découvrir cette histoire qui sait captiver. Petit à petit on monte en pression tout au long du roman. Il y a des rebondissements et de l’action à juste dose. Il y a du mystère, du suspense. On suit l’ensemble avec beaucoup d’intérêt et beaucoup d’impatience. Quand arrive le final ! Ah ! Je ne peux que vous conseiller ce roman car c’était tout simplement prenant !

Je tiens à remercier les éditions ex-aequo et l’auteur pour l’envoi de ce service presse et pour leur confiance !

« Chris n’avait pu empêcher sa chute. Sa première réaction fut un sentiment de panique totale, mais cette impression se mua, à mesure qu’elle tombait dans l’abîme, en une sensation étrange, presque agréable, de flotter dans le vide. Le train qui l’avait poussée, en quelque sorte, suivait la même trajectoire qu’elle, à la même vitesse.

Je ne risque rien, tant que je ne touche pas le fond, se disait-elle.

Mais existait-il des précipices sans fond ? Pouvait-on chuter sans jamais atteindre le fond d’un gouffre ? »

4/5

Où le trouver :

Amazon (ebook)

Amazon (broché)

2 réflexions sur “Chronique n°948 : Lune de métal, Dumè Antoni.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s