Chronique : Gemellus, tome 1: Dominix Kemp, Mélanie Dufresne.

Auto-édition
319 pages
Date de sortie : 22 février 2020

Résumé :

À l’ordre du jour : terminer ma livraison, sauver ma sœur, faire tomber un corpo véreux. Et si je peux énerver mon frère au passage, ce sera en bonus.

« J’avais un petit service à demander à ma sœur. Mais Nova est introuvable. Quand son jumeau se pointe après plusieurs années d’absence et me dit qu’elle a disparu, je sais que ce ne sera pas simple. Je n’ai jamais été très bon pour les casse-têtes; la plupart de mes problèmes se règlent avec un pistolet ou une bouteille de whisky. Mais le temps est compté avant que l’employeur de Nova la fasse taire pour de bon. Et comme il n’y a rien de plus précieux que la famille, j’ai intérêt à me bouger. »

Dominix Kemp est un pilote au grand coeur, mais à la morale douteuse. Suivez un des transporteurs les plus réputés du Bras d’Orion dans une chasse à l’homme interstellaire.

L’avis de Emy :

Dominix est le genre de personnage qui a le cœur sur la main mais qui se fiche des lois et des règles tant qu’il arrive à son objectif. Il a un caractère qui m’a plu, ce côté original qui fait qu’il capte notre attention. Alors qu’il cherche sa sœur, Nova, il va apprendre qu’elle est en danger et qu’elle a disparu. Il va partir à sa recherche avec l’aide de son frère, Loïc. Une quête dans le but de sauver Nova, mais pas seulement.

Les personnages sont très intéressants. Dominix et Loïc sont différents, très, mais ils se complètent à leur manière. On ressent bien le lien qui les unit, eux et leur sœur, Nova. D’ailleurs, même si elle n’est pas présente tout de suite, c’est comme si elle l’était, du moins c’est ce que j’ai ressenti. Une fratrie qui reste unie et se soutient dès qu’il le faut.

La lecture est parsemée de multiples rebondissements qui apportent du rythme au récit. Plus l’on avance vers la fin et plus ça s’accélère, ça monte petit à petit en pression jusqu’à la fin qui donne immédiatement envie d’enchaîner avec le tome 2, autant le dire !

On ne voit pas les pages défiler en lisant. J’ai passé un bon moment avec cette lecture dans cet univers que l’on arrive facilement à s’imaginer dans notre esprit rien qu’en fermant les yeux. C’est un univers qui a attisé ma curiosité et que j’ai hâte de découvrir encore plus dans les autres tomes.

Mélanie Dufresne nous dévoile une intrigue assez prenante et qui nous tient en haleine tout le long du récit. Une plume plaisante à lire et qui apporte sa touche québécoise à l’histoire. Il y a de l’humour, des surprises, de la fraternité, du suspense, de l’action. On part dans une aventure regroupant vaisseaux spatiaux, intrigues, complots et personnages attachants. Découvrir l’univers de l’auteure était une bonne découverte !

Un premier tome qui remplit son job en posant les bases d’un univers de science-fiction pour le moins sympathique et curieux.

Merci à l’auteure pour ce service presse (via Simplement Pro).

Citation :

Le lien entre les jumeaux m’avait toujours laissé perplexe. L’idée qu’une autre personne puisses’immiscer dans mes pensées était révoltante. C’était bien une des rares choses qui n’appartenait qu’à moi. Quand j’avais fait part de mon opinion à Nova, elle m’avait jeté un regard étrange. Puis elle avait haussé les épaules et affirmé qu’elle n’imaginait pas sa vie autrement.

3,5/5

Où le trouver :

Amazon

3 réflexions sur “Chronique : Gemellus, tome 1: Dominix Kemp, Mélanie Dufresne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s