Chronique n°327 : Power Games, tome 1 : le jardin d’Eden, Lia Rose.

Black Ink, 348 pages / Date de sortie : 24 octobre 2018.

Résumé : 

Que feriez-vous si du jour au lendemain votre vie se retrouvait parasitée par votre parfait opposé ? Le laisseriez-vous entrer ? Accepteriez-vous de dealer avec le Diable si l’on vous promettait en échange, ce que vous avez toujours rêvé d’obtenir ?

Vous fonceriez ? Vraiment ?

Prenez garde, car le Diable n’est pas ce que l’on pourrait penser…

Il est beau, séduisant, espiègle, hautain, envoûtant. Magnétique. C’est un piège dans lequel vous êtes sûres de vous noyer. Vous risqueriez même d’accrocher, de votre propre chef, à votre cheville l’ancre qui vous empêchera de remonter à la surface.

Je m’appelle Eden Sinclair. Et le Diable, moi, je l’ai rencontré en chair et en os.

On l’appelle Alec Cartier.

Ce que pense Ludivine.

Quand j’ai commencé ce livre, je ne m’attendais pas du tout à lire cette histoire. Je m’attendais à entrer dans un monde sombre et à rencontrer le Diable comme c’était mentionné dans le résumé. Ce dernier m’a fait espérer une histoire pas forcément dans le monde des bikers, mais dans un milieu tout aussi sombre. Cependant, même si ce n’est pas ce à quoi je m’attendais, j’ai passé un excellent moment et j’ai adoré ma lecture ! 

Eden est une jeune femme qui a perdu toute confiance en elle, en soit, on se demande si elle a déjà eu confiance en elle à cause de sa mère qui est loin d’être sympathique. Elle vit dans le passé et pense toujours à son ex, alors quand elle rencontre Alec, son voisin, elle le maudit déjà par ses aventures et son comportement. Mais au fur et à mesure elle commence à ressentir moins de ressentiment envers lui et décide de l’aider quand il a besoin. Seulement, tout va se retourner contre elle quand il lui lance un défi, il l’aide à s’affirmer pour reconquérir son ex et elle chante dans leur groupe en vue d’un concours. 

J’ai adoré rencontrer ces personnages aussi attachants qu’énervants. Eden est une jeune femme qui malgré son manque de confiance en soi a un sacré caractère, du moins dans sa tête. De nombreuses fois j’ai voulu entrer dans le livre pour la secouer afin qu’elle exclame haut et fort ses pensées, qu’elle fasse ce qu’elle souhaite réellement et qu’elle arrête de se soucier du regard des autres. Mais au final, c’est une jeune femme tellement adorable que l’on ne peut pas lui en vouloir. Quant à Alec, c’est encore autre chose, j’ai voulu entrer dans le livre pour le secouer pas pour qu’il s’affirme mais pour qu’il se dévoile, qu’il arrête de chauffer le chaud et le froid envers Eden. C’est un homme mystérieux, qui se fiche de tout à part de la musique, et même si il n’est pas complètement sincère envers Eden et qui lui cache un énorme secret, on s’attache à lui pour son côté aimant et attentionné. 

L’auteure avec son écriture facile et addictive nous plonge dans une histoire mouvementée, sensuelle, remplie de secrets mais pourtant attachante et magnifique. J’ai adoré la relation des personnages entre eux, j’ai adoré lire l’évolution de caractère des personnages et j’ai adoré être témoin d’une histoire d’amour pourtant impensable et compliquée devenir belle et émouvante. 

Ma note : 

4,5/5

Où le trouver : 

Amazon.

Fnac.

Itunes.

6 réflexions sur “Chronique n°327 : Power Games, tome 1 : le jardin d’Eden, Lia Rose.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s