Critique de série : Umbrella Academy.

Plateforme : Netflix
Date de sortie : 15 février 2019
Réalisateur : Steve blackman
Genre : SF et fantastique / 16+
Trailer : https://www.youtube.com/watch?v=Rz4J6tM_tuQ

Ce que j’en pense.

Je suppose que vous avez tous entendu parler de cette série qui connait un réel succès. Comme vous, j’en ai entendu parler, elle a énormément titillé ma curiosité. Bon en soit, c’est plus l’extase et l‘engouement des gens et le casting qui m’ont rendu curieuse.

Autant je ne lis plus vraiment de science-fiction ou de fantastique car j’ai besoin de m’identifier à quelque chose de réel quand je lis quelque chose, autant cela ne me dérange pas de regarder. Au contraire, j’aime plutôt ça. Néanmoins, j’ai un avis assez mitigé sur cette série et une des raisons pourquoi ma critique sort un mois après sa sortie, c’est parce que j’ai eu du mal à me plonger dedans et surtout a avancer.

The Umbrella Academy est une famille de sept enfants adoptés par un « chercheur » lorsque 43 enfants naissent de femmes qui n’étaient même pas enceintes au début d’une journée de 1989. Parmi les sept enfants adoptés, seul six d’entre eux ont des pouvoirs et Sir Reginald Hargreeves va les formater et les entrainer pour sauver l’humanité. Le septième enfant : Vanya, n’a pas de pouvoir et malheureusement elle est mise de côté par sa famille.

Des années plus tard alors qu’ils vaquent tous à leur occupations plus ou moins normales, le père meurt, les frères et soeurs se réunissent pour les funérailles mais aussi pour savoir pourquoi et comment leur père est mort. Mais il ne sont plus que cinq, le cinquième a disparu de la circulation quand il avait 15 ans et le sixième est mort quelques années plus tard. Malheureusement la mort du père n’est que le début des surprises pour les frères et soeurs.

Sincèrement, j’ai accroché seulement au septième épisode, ce qui est légèrement gênant quand on sait qu’il n’y a que dix épisodes dans la saison 1. En soit j’ai bien aimé le concept qui reste classique mais tout autant captivant. Les personnages m’ont tous plus ou moins plu, ils ont tous un petit quelque chose pour plaire malgré leur côté déluré, déjanté et dysfonctionnel. On ne peut pas renier que c’est une série avec de très belles images, des effets spéciaux géniaux et des scènes très travaillées. Mais à part ça, je me demande encore quel est réellement le sens de cette série, si ce n’est que le père cachait énormément de secrets ? J’ai trouvé beaucoup de longueurs, la preuve, je n’ai accroché qu’à partir du 7eme épisode, l’épisode où on a enfin l‘impression d’avancer et où il y a enfin réellement de l’action pour moi.

Malgré tout, c’est un exploit que j’ai continué et terminé la série, alors que d’habitude si je n’aime pas une série je m’arrête au deuxième épisode. Je crois que j’ai tout de même été captivée par le côté loufoque des personnages qui accumulent mauvaises décisions sur mauvaises décisions. Mais voilà, je ne pense pas réellement pouvoir vous recommander cette série si vous ne l’avez pas encore regardé. Mais bien sur, il faut que vous fassiez votre propre avis !


Lire la BD :

Lorsque 43 enfants naissent de femmes qui ne montraient aucun signe de grossesse, Sir Reginald Hargreeves en adopte sept dans l’espoir de sauver l’humanité. Les enfants grandissent, leurs exploits au sein de l’Academy se succèdent, comme les crises familiales… jusqu’à la dissolution du groupe. Les années passent avant que les membres de cette famille dysfonctionnelle se retrouvent autour de la tombe de leur père adoptif et se déchirent à nouveau.

Amazon.

Fnac.

Cette critique a été proposée par Ludivine.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s