PREMIÈRES LIGNES #192

Bonjour, ravie de vous retrouver pour ce rendez-vous du dimanche : premières lignes, créé par Ma Lecturothèque. Cela permet ainsi de se faire une idée sur le livre que nous allons lire voire même de faire une belle découverte. Nous aimons beaucoup le principe.

Le concept est simple, chaque dimanche, il faut choisir un livre et en citer les premières lignes.


Le choix de EMY :

Prologue

Qu’y a-t-il après la mort ? Cette question, tout comme le traditionnel « Qu’allons-nous manger ce soir ? » fait probablement partie des interrogations que l’humanité s’est le plus posées au cours de son histoire.
Si pour certains hommes, il est impossible d’y répondre, pour d’autres au contraire les réponses fusent. Il n’y a rien, vous dira-t-on avec certitude. Il y a un grand barbu plein de bienveillance, clamera-t-on avec espoir. Il y a un éternel recommencement, vous expliqueront les plus fatalistes.
L’histoire que je vais vous raconter maintenant ne s’inscrit pas dans les schémas de pensée classiques. Ou plutôt, elle fait écho aux trois cadres ci-dessus, en y ajoutant une touche d’administratif, une bonne dose d’heures supplémentaires, et un je-ne-sais-quoi de romanesque pour venir parfumer le tout.
Je ne pense pas, cela dit, que ma pierre à l’édifice apportera quoi que soit à votre réflexion. Personnellement, j’ai voyagé beaucoup, et s’il y a bien deux choses que je peux vous assurer en ce bas monde, c’est que les meilleurs mojitos sont préparés dans un petit bar de Guadalajara, et que l’unique réponse à la question précédente est celle à laquelle vous croyez.


CHRONIQUE : LE BUREAU DES ÂMES, LIVRE I : LA DAME EN NOIR.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s