Chronique : Never ou presque! , Zéa Marshall.

JDH EDITIONS
Sortie : 10 juin 2022

Résumé :

Juillet 2020.
Ma meilleure amie, Nolwenn, vient de m’inviter pour les vacances estivales dans sa famille… en Bretagne ! Je suis morte de rire, pliée en deux, à me tordre le ventre. Moi, Apolline, people à mes heures perdues, en vacances dans le trou du cul du monde ! Elle plaisante ? Une mauvaise blague, un trait d’humour ? Si, si, elle est sérieuse ! Elle imagine que mes petites fesses vont se poser dans une destination pareille. Elle connaît mes goûts… Cancún, Marbella, Ibiza, Miami et j’en passe. Alors, Perros-Guirec dans les Côtes-d’Armor, je risque une crise d’apoplexie.
Allez savoir pourquoi, mes lèvres ont susurré un oui, peut-être la peur de rester seule tout l’été à Paris… Emmitouflée, je prends la route vers cette contrée lointaine, dubitative. J’espère qu’ils ont l’eau courante, l’électricité, le wifi et au minimum la 4G. Les Bretons n’ont qu’à bien se tenir. En mode star, je compte bien dégoter quelques sexy boys pour agrémenter mes congés. Never… ou presque ! La romance acidulée et déjantée de Zéa Marshall. Après la saga Doutes, notre auteure vous embarque sur les terres celtiques pour une histoire d’amour affriolante et passionnée. Entre la baie des Sept-Îles, l’archipel de Bréhat, la Côte de granit rose, Apolline notre héroïne risque de vous chambouler : passion, érotisme et trahison sont au rendez-vous de ce roman qui se déguste de préférence allongé sur le sable, un cocktail à la main et de préférence également sur une plage bretonne.

L’avis de Julie :

Nous découvrons le personnage d’Apolline, une jeune femme de 25 ans, issue d’une famille riche, qui a l’habitude de son petit confort, qui s’est toujours plié aux normes de son milieu, ou presque… Par défaut, elle se montre hautaine, froide et un peu « princesse » sur les bords.

Apolline va partir en vacances avec Nolwenn, sa collègue et amie, et la cousine de cette ci. Apolline à l’habitude de grands voyages et de grands conforts donc ces vacances vont la déstabiliser et à bien des niveaux. Depuis ses 15 ans, elle sort beaucoup, fait la fête, ne cherche pas l’amour mais plutôt des sex friends… enfin, elle n’était clairement pas prête à réellement travailler et à se poser. Mais Nolwenn va réussir à casser petit à petit cette carapace et comprendre que ceci n’est qu’une apparence, Apolline est bien plus que ça. A ses côtés, nous avons Alan, un mec charmant, musclé, travailleur, passionné, bon vivant et « très Breton » mais c’est ce que j’ai adoré chez lui. Aussi, c’est un homme touchant et sympa qu’on ne peut qu’apprécier en le découvrant un peu plus.

Je dois dire qu’Apolline et Alan m’ont vraiment fait rire par moment. Apolline a de sacrées idées, un vrai répondant et clairement elle ne se laisse pas faire. C’est un personnage sympa malgré qu’elle puisse se montrer un poil pénible par moment. Elle va vivre des grands moments pendant ces vacances et pas toujours évidents, mais une chose est sûre : elle va évoluer et grandir.

J’ai apprécié cette lecture et ce joli voyage en Bretagne. Les sujets du livre sont bien traités et amènent forcément de l’émotions aux lecteurs. On a donc un joli mélange de sentiments, d’émotions, d’amour, d’amitié et de folie. C’est une romance mignonne, facile et avec deux héros très attachants. Certains personnages secondaires sont hyper cool et d’autres détestables mais cela dit sans eux, l’histoire ne serait pas la même. Peut-être que le seul bémol est que j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire et à voir où l’autrice voulait nous amener. Puis finalement, au fil des chapitres je me suis tout de même laissée amener dans l’histoire. Ce n’est donc pas un coup de coeur mais une très bonne lecture. Les personnages valent le détour !

Je relirai l’autrice avec grand plaisir car j’ai apprécié l’ambiance de ce livre mais aussi l’écriture, le côté prenant et le fait qu’à travers nos personnages, on peut retrouver quelques petites morales.

Citation :

« — L’amitié… je suis moyennement convaincue. Je suis persuadée qu’à un moment ou un autre cela finit en partie de jambes en l’air, en toute amitié, bien sûr !
— Tu es incorrigible. Il te plaît, j’en suis certaine.
— Tu rigoles ? Never ! Il n’est pas mon genre. Et je te rappelle que tu m’as demandé de ne pas dévergonder tes potes d’enfance.
— Il n’a pas besoin de toi ! »

4/5

Où le trouver :
Lien Amazon

Une réflexion sur “Chronique : Never ou presque! , Zéa Marshall.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s