Chronique n°513 : Green OAK, Emma Landas.

Black Ink, 298 pages
Date de sortie : 2 août 2019

Résumé :

La vie de Victoria bascule un jour d’été ensoleillé, quand son cœur sombre en même temps qu’elle au fond du lac.

Lui, le sang-mêlé mis à l’écart par son peuple, lui le beau Tsigane aux yeux gris et à la peau trop mate pour les gadjos mais trop pâle pour les siens, est aux antipodes de la jolie blonde issue de l’aristocratie.

Et pourtant ! Le destin se joue des conventions et des apparences. Le vieux chêne vert sera témoin de cet amour hors du temps qui unit deux âmes que tous cherchent à séparer.

Ce que pense Ludivine.

WOW WOW WOW !! Je commence cette chronique très fort en vous disant qu’il faut à tout prix que vous lisiez cette histoire absolument différente, magnifique, sublime et prenante !

On commence l’histoire sous forme de récit où l’héroïne plus âgée nous raconte son passé et sa rencontre avec James. Mais ils sont on ne peut plus différents et leur histoire est vouée à l’échec dès le début. Malgré tout, il reste leur espoir.

Je vous garanti déjà que vous ne rencontrerez jamais des personnages comme ceux là et pourtant j’en ai rencontré des personnages ! Victoria et James font partis de mes coups de coeur. Victoria est aimante, bienveillante, chaleureuse mais tout aussi abimée. Malgré toutes ses fêlures et ses peurs elle reste forte et fait preuve d’un grand courage. James est silencieux, observateur, abimé, solitaire mais il est plus que tout loyal, courageux et aimant.

Emma Landas nous plonge dans une histoire forte en émotions qui pourrait rivaliser avec des grands noms comme Jane Austen. Elle nous plonge dès le début dans l’histoire, les pages tournent et tournent très rapidement jusqu’au dénouement final où elle nous tient en haleine du début à la fin. Comme je l’ai dis plus haut, je n’ai jamais rencontré des personnages comme ceux là, ils sont si intéressants, si brisés mais si exceptionnels et attachants. Je n’ai aussi jamais lu une histoire aussi impossible dès le début, mais dans laquelle les personnages se battent réellement pour ce qu’ils veulent. Pour être honnête, j’avais l’impression d’être avec eux dans un point de vue omniscient. J’avais réellement l’impression de les voir, de les entendre, d’être témoin de leur plus beaux moments comme des pires. Je vous le conseille fortement si vous aimé les romances fortes, les émotions, l’intensité, les sentiments, l’amour et surtout si vous vous dites comme moi que l’ESPOIR fait vivre ! C’est un roman absolument magnifique qui vous chamboulera et qui fait partie des plus beaux que j’ai pu lire jusqu’à maintenant !!!

« — C’est vrai qu’elle voit un héros, reprend-elle après un court silence. Mais pas au sens où tu l’entends. Certes, il l’a un jour sauvée de la noyade, mais il l’a sauvée de bien des manières différentes. Il lui a permis de ne jamais sombrer, parce qu’elle n’a toujours vu que son visage, même durant ses cauchemars. Il lui a redonné la vue malgré la puissance du soleil qu’il lui a mis devant les rétines. Grâce à lui, elle a de nouveau cru en l’amour et en la vie. Elle a retrouvé le sourire et l’espoir. La joie et le bonheur. Grâce à lui, elle a eu envie de vivre et d’être aimée pour ce qu’elle est à ses yeux. Elle s’est sentie belle et importante. Voilà ce que je moi je vois. »

Ma note : 10/5

Où l’acheter :

Une réflexion sur “Chronique n°513 : Green OAK, Emma Landas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s