PREMIÈRES LIGNES #125

Bonjour, ravie de vous retrouver pour ce rendez-vous du dimanche : premières lignes, créé par Ma Lecturothèque. Cela permet ainsi de se faire une idée sur le livre que nous allons lire voire même de faire une belle découverte. Nous aimons beaucoup le principe.

Le concept est simple, chaque dimanche, il faut choisir un livre et en citer les premières lignes.


Le choix de Emy :

Prologue

Mardi 27 novembre

Un nuage blanchâtre s’échappe de ses lèvres alors qu’elle court à perdre haleine, dirigée par un besoin viscéral de s’éloigner le plus possible de ces vautours qui la poursuivent. De ces faux-semblants qu’elle rejette. Dans un élan désespéré, elle s’engouffre dans une ruelle sombre et humide et se précipite derrière de gros containers, tout au fond.
Accroupie à l’ombre d’une benne à ordures, elle tente de prendre une grande inspiration et de calmer sa respiration saccadée. Elle ne sait si c’est sa course folle ou l’odeur nauséabonde qui l’entoure, mais son estomac se retourne. Dans sa tête, la soirée défile à vitesse grand V à la recherche de l’élément déclencheur d’une telle catastrophe. Comment les journalistes ont-ils su où la trouver ? Pourquoi tiennent-ils tant à connaître les moindres détails de sa vie ? Sa génitrice lui pourrit bien assez l’existence sans que les charognards qui la suivent en permanence se mettent aussi à ses trousses. Et surtout pas ce soir…
Qu’est-ce qui lui est passé par la tête ? Faire sa demande en plein milieu du restaurant devant tout un parterre d’inconnus ? Les paparazzi n’ont pas loupé une miette de ce désastre ! Ils devaient passer une soirée agréable, prendre enfin du temps pour eux et se retrouver. Pas se faire mitrailler de toute part. Leur complicité s’étiole depuis quelques mois, mais elle en est certaine, Tanguy n’est pas assez sournois pour avoir sciemment prévenu la presse de leur présence. Ça sent le coup monté maternel à plein nez.
Les larmes perlent au coin de ses yeux. Cette soirée n’a été qu’une énorme catastrophe ! Sans parler de cette désagréable impression qui ne la quitte plus depuis qu’elle a trouvé refuge dans cette ruelle morbide : elle va finir dans cet endroit terrifiant. Elle voit déjà les gros titres des journaux de demain matin.

Cassiopée Montrouge retrouvée morte dans une rue insalubre de Londres. Overdose ou suicide ?


Chronique : Les Oubliés de Noël, Manon Kaljar.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s