PREMIÈRES LIGNES #127

Bonjour, ravie de vous retrouver pour ce rendez-vous du dimanche : premières lignes, créé par Ma Lecturothèque. Cela permet ainsi de se faire une idée sur le livre que nous allons lire voire même de faire une belle découverte. Nous aimons beaucoup le principe.

Le concept est simple, chaque dimanche, il faut choisir un livre et en citer les premières lignes.


Le choix de Emy :

Chapitre 1

Mes talons noirs à semelle rouge claquent sur le sol en marbre. Femmes et hommes se retournent sur mon passage. Habillée d’une petite robe noire moulante, je m’installe au bar.
    — Comme d’habitude ? m’interroge le barman.
    J’opine et jette un oeil autour de moi tandis que mon cocktail préféré est en cours de préparation. Mes doigts se baladent sur le bois vieilli du bar. Je croise les jambes et m’installe plus confortablement sur mon siège. La faible luminosité enveloppe la pièce dans une ambiance tamisée. Quelques néons de couleur ajoutent à l’endroit une touche plus moderne. En ce début de jeudi soir, les lieux sont calmes.    Il va falloir patienter avant le début de la chasse… Le temps que les gros poissons finissent de travailler et viennent se changer les idées. Chacun son fantasme. Le mien, c’est de coucher avec des hommes dont le salaire dépasse les cent mille à l’année. J’aime les costumes de luxe, les Rolex et l’assurance des hommes riches, bien que je ne les revois généralement pas deux fois.
    Qui sera ma proie ce soir ?
    Le Cherry Blossom est l’un des bars les plus sélects de San Francisco. Un ancien plan cul m’y a fait entrer et c’est devenu mon terrain de jeu préféré. Beaucoup d’hommes de passage. Les habitués sont discrets et leur salaire avoisine facilement les six chiffres.
    Mon regard s’arrête sur un homme assis à quelques sièges de moi. Il pianote sur son téléphone en buvant un whisky. Son costume sur-mesure met en valeur sa silhouette athlétique.
    Il relève la tête, sentant mon regard curieux. Mon coeur manque un battement. Sa peau métisse fait ressortir ses yeux vert clair. Ses lèvres bien dessinées donnent envie d’y goûter. Ses cheveux sont bouclés. Pas frisés, non, juste bouclés. Ce mélange d’origines créé un cocktail explosif qui le rend extrêmement séduisant. Il dégage un magnétisme captivant.


Chronique : Playing Boss, Charly Farrow.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s