PREMIÈRES LIGNES #136

Bonjour, ravie de vous retrouver pour ce rendez-vous du dimanche : premières lignes, créé par Ma Lecturothèque. Cela permet ainsi de se faire une idée sur le livre que nous allons lire voire même de faire une belle découverte. Nous aimons beaucoup le principe.

Le concept est simple, chaque dimanche, il faut choisir un livre et en citer les premières lignes.


Le choix de JULIE :

Prologue.

Un bip. Un silence. Un autre bip. Un nouveau silence. Le bip est bref. Le silence lui s’impose dans la durée. Cette alternance est la seule chose qui me permet de savoir que je ne suis pas encore morte.

Parfois, le rythme diffère légèrement. Les silences sont plus ou moins éloquents, les bips plus stridents, ou bien, est-ce moi qui aie l’illusion qu’ils varient ? Je ne sais pas. Je n’ai plus la notion des rythmes. Il m’est impossible de vous dire si nous sommes en semaine ou en week-end, en début de journée ou en soirée… Au début, il y avait une horloge dans la pièce, son tic-tac était à la fois rassurant, effrayant et, surtout, en parfaites harmonie avec la mélodie des bips et silences. Mais, j’ai très vite arrêté de l’entendre. Elle a probablement dû être cassée. Désormais, je ne me fis qu’aux bips. Il n’y a que cela que je peux percevoir du monde depuis un bon moment.


Chronique : Les grandes filles ne se font pas de bobos, Shayma Nejjari.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s